Le collectif PAD participe à l’« Atelier des territoires » consacré au devenir de la zone aéroportuaire de Toulouse-Blagnac

L’Atelier des Territoires

Le journal « La Dépêche du Midi » se faisait écho, le 19 octobre 2021, du lancement d’une initiative, un « Atelier des territoires », menée sous l’égide du préfet Guyot, pilotée par le ministère de la Transition écologique et consacrée à l’avenir de la plateforme aéroportuaire de Toulouse-Blagnac. Dans cet entretien, le préfet présentait cette initiative de la manière suivante : « L’idée est d’anticiper les évolutions à venir [de la zone aéroportuaire] et d’aboutir à des feuilles de route partagées, convergentes et compatibles entre elles, dans une démarche intellectuellement honnête et impartiale » et il ajoutait ensuite : « Rien n’est écrit d’avance. Ce sera une réflexion sans tabou sur tous les sujets (…) et sans leadership ».
A la lecture de cet article, le collectif PAD a écrit au préfet pour demander à participer à ce travail collectif ; demande qui a été acceptée et le PAD a donc été intégré aux structures partie-prenantes.

Première session

Un représentant du PAD a participé, au mois de mars 2022, à la première session de travail aux côtés de représentants des collectivités locales (communes du territoire) et territoriales (département, région, métropole, Sicoval), des chambres consulaires, du CESER, du CODEV et de l’AUAT, des acteurs de la filière aérienne (Airbus, ATR, Aéroport, Aérospace Valley), des syndicats patronaux (Medef, CGPME) et de salariés (FO et CGC ) et des associations (collectif PAD, CCNAAT-Collectif Contre les Nuisances Aériennes de l’Agglomération Toulousaine, FNE – France Nature Environnement, UCQ – Union des Comités de Quartier et « Deux pieds – deux roues »).
Cette première session, étalée sur trois journées, a été consacrée à l’élaboration d’un « diagnostic partagé » basé sur un webinaire de lancement sous l’égide du préfet associé à la Région, le Département et la Métropole, sur des visites de sites (communes du territoire concerné, pôle de production d’Airbus) et des séminaires de travail à Labège sur trois thèmes (environnement, économie, aménagement).

Seconde session

Une seconde session était prévue les 27, 28 et 29 juin mais celle-ci a été reportée à l’automne et « remplacée » par un webinaire de 2 heures qui s’est tenu le 27 juin pour présenter une synthèse de la première session complétée par l’intervention de deux experts (France Stratégie et Institut d’aménagement et d’urbanisme de l’Île de France).

A ce stade d’avancement de cette réflexion collective, nous ne pouvons pas encore tirer de bilan, sinon à constater que la parole est libre et que tous les participants ont pu développer leurs constats et analyses.
Pour ce qui concerne le PAD, nos interventions se sont appuyées sur le travail conséquent mené par notre collectif et qui s’est traduit, entre autres, par la publication, il y a bientôt un an, en août 2021, du rapport « Moins d’avions, plus d’emplois » ; mais aussi sur les travaux menés par l’association « Aéro Décarbo » associée au Shift project (avec la publication du rapport « Pouvoir voler en 2050 ») ainsi que sur la communication scientifique des enseignants-chercheurs de l’ISAE (référentiel « Aviation et climat ») auxquels nous avons largement fait référence dans les échanges formels et informels qui ont eu lieu lors la première session de travail. Et nous avons demandé que, face à la réaffirmation par les acteurs de la filière lors des échanges à l’occasion de la visite d’Airbus, d’un objectif de croissance du trafic de plus de 3% par an dans les 25 années qui viennent, que soit étudié(s) un (ou des) scénario(s) basé(s) sur des prévisions nettement moins optimistes.
En effet, le devenir de la zone aéroportuaire et des territoires et la planification de leur évolution (transports, habitats, services) sont directement liés aux devenirs du transport aérien et de la construction d’avions.

Nous avons pu constater, en particulier lors du webinaire de ce 27 juin 2022, un tir nourri et croisé en faveur de la poursuite de la croissance du trafic aérien sur Toulouse-Blagnac par les voix de M. Pinna, du Medef, de M. Carles, Maire de Blagnac et de Mme Sense, représentante du Conseil Régional (et élue de Blagnac), de M. Crebassa, président du directoire d’ATB et, enfin, de M. Dubois, directeur de l’aviation civile.
Nous avons aussi entendu la parole des riverains et des populations survolées qui ont exprimé une crise de confiance dans la démarche initiée car ils ne voient pas, à ce jour, de dispositions propres à enrayer les nuisances sonores et atmosphériques et la lutte contre le réchauffement climatique dont le trafic aérien porte une part.
Soulignons en outre que, dans le contexte d’un avenir notablement incertain (crise de l’énergie, raréfaction des ressources, questionnement des modes de vie), les analyses par scénario deviennent un outil généralisé et recommandé par la TCFD (TCFD – Task-force on Climate Financial Disclosure), le G7 et la Commission Européenne.
Nous attendons donc avec un certain intérêt la seconde session de travail pour voir si cette réflexion collective prendra réellement en compte, comme l’avait affirmé le préfet dans la Dépêche du Midi, « les enjeux de la transition écologique ».
Rendez-vous, donc, à l’automne pour la poursuite de cet Atelier des territoires.

Le Collectif PAD

Crédit image: Hynek Moravec, derivative work Lämpel
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:20070503153920!Toulouse_7412m_retusche.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :